Accueil | Nous joindre | Découvrez nous

Default Homepage Picture M (banniere1)Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop) Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop) Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop)

CONFEDERATION NATIONALE DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CONGO

« L'agriculture familiale peut nourrir le Congo, si elle est soutenue »

La CONAPAC renforce les capacités des producteurs agricoles sur la loi agricole

Publié le 22 Février 2017

Dans le cadre de son partenariat avec OSISA, la CONAPAC a lancé son projet d’appui au plaidoyer pour la mise en place des mesures d’application du Code agricole pour la protection et la sécurisat...

En savoir plus

Le Cadre de suivi issu du « Dialogue Multi acteur autour des Parcs agro-industriels déjà à pied d’œuvre

Publié le 09 janvier 2017

La CONAPAC a réuni à son siège, en date du vendredi 16 décembre 2016, quelques délégués des organisations de la Société civile, membres du CACO pour la plupart, et aussi des délégués de la FEC, du...

En savoir plus

Formation des formateurs sur l’approche FACT:Les leaders paysans adoptent des Plans de plaidoyer pour chaque fédération sur le suivi du budget alloué à l’agriculture

images

La CONAPC a organisé du 21 au 24 février 2017 une formation des Formateurs sur le suivi du budget alloué à l’agriculture et au développement rural. Le souci majeur est de veiller à l’allocation d’un budget conséquent aux investissements dans le secteur agricole et du développement rural au niveau national et provincial. La formation méthodologique utilise l’outil de consultation à la base par les producteurs agricoles en vue de formuler des propositions à prendre en compte dans l’élaboration du budget de l’Etat. Quinze  formateurs des formateurs ont été renforcés et vont partager à leur tour leurs connaissances  acquises en cascade dans les 26 provinces de la RDC.

Grace à l’appui de son partenaire AGRITERRA, la CONAPAC a organisé du 21 au 24 Février 2017 à Kinshasa, un atelier de Formations de Formateurs pour la capitalisation de l’approche Farmers Advocacy Consultation Tool, FACT en sigle, dans le suivi du budget alloué à l’agriculture en République Démocratique du Congo. Cette formation de formateurs a de permis de former un groupe de leaders paysans au sein de la CONAPAC dans l’objectif de renforcer leurs capacités dans le domaine de la méthodologie FACT. Celle –ci va donc pouvoir s’élargir dans  tout le réseau et ainsi donner lieu à un plaidoyer plus efficace et effectif auprès des institutions étatiques et gouvernements national et locaux.
Plus précisément, cette formation des formateurs a contribué au renforcement des capacités des leaders et animateurs de 11 fédérations provinciales de la CONAPAC  sur la méthodologie FACT  et sur  le processus budgétaire en RDC de manière à les préparer à mieux participer à l’élaboration, l’exécution et suivi du budget alloué à l’agriculture au niveau national,  provincial et des ETD.A  l’issue de cet atelier, les leaders paysans ont élaborés et validés des plans de plaidoyer sur l’élaboration, l’exécution et le suivi  des budgets 2017 et 2018à  tous les niveaux, national, provincial et ETD ont été élaborés sur base de l’approche FACT.

En effet, la Confédération Nationale des Producteurs Agricoles du Congo, CONAPAC en sigle, est une plateforme nationale regroupant 11 fédérations provinciales des organisations des producteurs agricoles réunissant autour de 500000 membres dans les organisations de base. Elle est crée depuis le 22 Octobre 2011 avec pour mission essentielle la représentation et la défense des intérêts des producteurs agricoles. Elle milite pour l’émergence d’un mouvement paysan fort à travers la République Démocratique du Congo.
Cette formation fait suite à une série d’actions de plaidoyer dans le cadre du projet de renforcement des capacités d’action politique des organisations de producteurs agricoles et de leurs fédérations nationale et provinciales en République démocratique du Congo (PREPAR) autour de l’accélération des mesures d’application de la loi portant principes fondamentaux relatifs àl’agriculture. Elle coïncide également avec la phase de la décentralisation qui vient de se matérialiser par le démembrement des provinces de la RDC qui passent de 11 à 26 avec le plus grand défis de rétrocession de 40% des recettes du trésor public. Il faut ici noter que l’agriculture et le développement rural sont des compétences exclusives des provinces, le gouvernement central définissant les orientations politiques.
Et pendant que les organisations des producteurs agricoles plaidaient pour l’allocation de 10% du budget national à l’agriculture, la République démocratique du Congo vient de revoir son budget 2016 à la baisse passant de 9 milliards à  environs 6 milliards de dollars américains  avec des retombées sur le secteur agricole. Cette baisse a été causée par la chute des cours des substances minérales et des hydrocarbures mais aussi à la faible mobilisation des recettes du trésor public et à l’évasion fiscale.
La  CONAPAC veut alors capitaliser l’approche FACT dans le suivi du budget alloué à l’agriculture. A noter que l’approche repose sur quatre étapes à savoir :

-Les Consultations avec les membres pour recueillir leurs avis sur ce qu’ils vivent ainsi que la  réalité à leurs  aspirations  concernant  un  problème  spécifique ;
-La  recherche  participative des  informations  et  des  données nécessaires pour préparer et justifier des propositions solides et crédibles ; 
-La préparation des propositions et des arguments pertinents la déclaration de position ;
-La présentation de la proposition ou la déclaration de position aux décideurs politiques.
Précisément, en ce moment caractérisé par de débats politiques, le pays vit des crédits provisoires. On espère que la RDc pourra alors se doter d’un budget en bonne et due forme lors de la prochaine session parlementaire du mois de mars à l’issue de laquelle sera surement intronisé un nouveau gouvernement. L’autre occasion reste sans doute la prochaine session du mois de Septembre qui pourrait valider le budget 2018. Les organisations des producteurs agricoles devront saisir ces opportunités en mettant en place un dispositif de plaidoyer dans le cadre du suivi budgétaire.
La CONAPAC s’appuiera dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet aux fédérations provinciales qui jouent le même rôle auprès des autorités provinciales ainsi qu’aux organisations de base renforcer le dialogue avec les chefferies et secteurs comme entité territoriales décentralisées dotées de la personnalité juridique et d’une autonomie de gestion.
Il faut noter par ailleurs que cet atelier de  formation a été facilité par  M. N. MALIYASASA Syalembereka Joas et Mme Florence SITWAMINYA, tous Consultants chez AGRITERRA