Accueil | Nous joindre | Découvrez nous

Default Homepage Picture M (banniere1)Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop) Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop) Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop)

CONFEDERATION NATIONALE DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CONGO

« L'agriculture familiale peut nourrir le Congo, si elle est soutenue »

La CONAPAC exhorte Félix Tshisekedi, le nouveau président de la République, à soutenir l’agriculture familiale

Publié le 25 janvier 2019

Dans son message  de félicitation au nouveau Président de la République, M. Felix Tshisekedi, pour son avènement à la tête de de la République Démocratique du Congo, la Confédération N...

En savoir plus

Une délégation des leaders paysans de la CONAPAC en visite d’échanges au Sénégal

Publié le 24 janvier 2018

C’est depuis le 17 décembre 2018 que,  sous l’égide de l’Ong belge Sos Faim, une équipe  de leaders paysans des fédérations membres de la Confédération Nationale des producteurs agricoles...

En savoir plus

Les parcs agro-industriels ne sont pas la solution pour lutter contre la faim et la pauvreté des populations rurales en RDC.

images

Le réseau d’associations mettant ensemble la CONAPAC avec d’autres structures partenaires, en l’occurrence CEDEN (Cercle pour la Défense de l'environnement (CEDEN), ECC (Eglise du Christ au Congo), GTCRR (Groupe de Travail Climat REDD), ont interpellé la Banque mondiale et la Banque africaine de développement pour que « cesse l’accaparement des terres ». Dans une déclaration commune, la CONAPAC et ses partenaires appellent le Gouvernement congolais à soutenir l’agriculture familiale car « les parcs agro-industriels ne sont pas la solution pour lutter contre la faim et la pauvreté des populations rurales en RDC ». 

En effet, cette déclaration tire sa substance du rapport de recherche menée conjointement par Oakland Institute et le Cercle pour la Défense de l'environnement (CEDEN) sur l'investissement dans l'agriculture, notamment, sur la fausse idée soutenue par la Banque mondiale et la banque africaine de développement que les investissements étrangers développeront la RDC.

Selon ce rapport, ces banques poussent à des réformes pour mettre le foncier rural à la portée des entreprises étrangères. Ce qui conduit à l'accaparement des terres, à la gabegie financière, à la violation des droits humains des communautés locales et des peuples autochtones. Les parcs agro-industriels constituent des grands moteurs de déforestation et de dégradation des forêts. Les 22 parcs agro-industriels projetés en RDC devront  s'étendre sur 1.588.500 hectares. Selon ce rapport, ces deux banques appuient d’un côté le processus REDD+, et de l'autre, elles favorisent l'implantation des moteurs économiques de déforestation.

C’est à l’occasion d’une conférence de presse tenue le mardi 16 avril 2019 dans la salle du Staff de la Présidence Nationale de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) que ce rapport intitulé : « Parcs agro-industriels en RDC. Tirer les Leçons de la débâcle de Bukanga Lonzo » a été dévoilé aux medias. C'était aussi l'occasion de lancer la campagne et le plaidoyer en RDC pour  laquelle il est prévu de mener plusieurs actions.

Lire la déclaration commune en cliquant sur ce lien : 
 https://drive.google.com/open?id=1NTJ7Uga3LFUpYvxdIEWOfQyE9k3l7LEl
Autres liens utiles
https://youtu.be/VwYRcvbyV78
www.oaklandinstitute.org